En savoir plus sur Patagonia

En savoir plus sur Patagonia

Histoire de Patagonia

Californie, 1957 :

Yvon Chouinard, un jeune grimpeur doué, d’origine québécoise, décide de fabriquer son propre matériel d’escalade. Muni d’une enclume d’occasion achetée avec de l’argent emprunté à ses parents, il se met à forger des pitons et des mousquetons en acier d’une solidité et d’une légèreté révolutionnaires comparées au matériel en fer malléable de l’époque. Il fabrique 2 pitons par heure et vend le surplus à ses amis pour 1.50 $.

Ces pitons, baptisés “ Lost Arrow ”, sont rapidement très populaires, puisque réutilisables et aussi sûrs que leurs prédécesseurs.
Vendus d’abord depuis le coffre de sa vieille Ford décapotable, Chouinard les distribue bientôt dans un petit catalogue qui prévient la clientèle de ne pas s’attendre à une livraison pendant la période de grimpe… En 1964, Chouinard n’arrivait plus à satisfaire la demande et il embauche un ami ingénieur pour débuter une production industrielle. La société Chouinard Equipment est née… A l’heure actuelle, ce matériel est encore à la pointe de l’équipement de montagne et est distribué par la société Black Diamond.

Leur credo en design était une citation d’Antoine de St.Exupery:

“Dans tous les domaines, la perfection n’est atteinte, non pas
lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à
enlever.”

Au début des années 70, Chouinard Equipment est devenu le 1er fournisseur de matériel d’escalade aux Etats-Unis. Mais leur activité provoquait indirectement un désastre écologique: le martèlement répété des pitons sur les parois dans les mêmes fissures fragiles avait défiguré les rochers. Yvon et Frost decident alors de quitter le business des pitons et proposent une alternative écologique à leurs clients: les coinceurs en aluminum. Nous sommes en 1972 et ils lancent alors la grimpe “propre” ou “clean climbing”.

A l’époque, Yvon Chouinard et ses compagnons d’aventure ouvrent de nouvelles voies dans des sites aussi prestigieux que la vallée du Yosemite en Californie, de longues et difficiles ascensions telles que le “ Nose ” sur El Capitan, qui peuvent durer plus d’une semaine.
Lors d’un voyage en Ecosse, Chouinard découvre des polos de rugby solides et pratiques, qu’il décide d’importer.
Les premières collections comprennent uniquement ces polos, des knickers en velours et des shorts d’une solidité à toute épreuve.

1973 voit ainsi la naissance de Patagonia,

dont le nom évoque les espaces vierges pour Chouinard. Il a toutefois la conviction que ses vêtements se doivent d’être aussi performants que le matériel d’escalade qu’il a conçu : un grimpeur qui bivouaque en paroi doit être bien dans ses vêtements, au chaud lorsqu’il fait froid et à l’aise lorsqu’il fait chaud. Les vêtements Patagonia sont toujours conçus en gardant à l’esprit les besoins des extrêmistes de l’outdoor : les kayakistes de rivières sauvages, les grimpeurs de l’Himalaya, les skieurs de randonnée ou les navigateurs au long cours…

Let my people go surfing / Homme d’affaires malgré moi

Yvon Chouinard raconte comment il est devenu un « business man ». Dans ce livre, Yvon relate l’histoire de Patagonia, sa façon de gérer ses équipes (son MBA à lui, le Management By Absence) et la philosophie de Patagonia. Sorti en français en octobre 2006 aux éditions Vuibert. A été publié en 9 langues, dont récemment en allemand et en italien.